« QU’EST-CE QUE TU PRENDS POUR LES VACANCES ? » Épisode 1 : Le DirCom

Ça ne vous aura pas échappé, les deux mois de Juillet et Août son totalement vierges d’événements concerts ! Cela ne veut pas dire que l’équipe du Transbordeur se la coule douce, il y a quand même une rentrée chargée à préparer. Ceci dit, les membres de la team vont quand même prendre quelques vacances. Mais pour ne pas vous laisser tout seul, nous avons décidé de vous livrer, de manière complétement subjective, notre sélection estivale de disques, livres, films et d’autres choses que l’on a consciencieusement choisies pour figurer dans notre check list top-select pour les vacances ! Ça s’appelle « QU’EST-CE QUE TU PRENDS POUR LES VACANCES ? », et c’est François le DirCom qui s’y colle pour le premier épisode !

Chaque été c’est pareil, au moment de partir, il y a dilemme ! Les dernières fringues de rockeur achetées en soldes en juin ne rentrent pas dans le sac de voyage et les quelques bouquins en suspens promis à une lecture estivale réduisent les chances de ne pas payer de supplément bagages à l’aéroport. Pour la musique et les films, c’est maintenant un peu plus facile, même si quelques mecs oldschool dont je fais partie aiment encore s’encombrer de pochettes 50 Cds, passer deux jours à graver LES compilations parfaites pour l’été sur des Cds vierges (dont ma future progéniture ignorera certainement l’existence) et remplir un sac en toile de DVD à regarder.
Comme ce serait trop long à expliquer, je vous fais un condensé du contenu de mon paquetage musical « Holiday in the sun » !

Histoire d’enchaîner les kilomètres de bitumes, parfois nargué par des boules de caravanes teutonnes, il va falloir de quoi siffloter, de quoi chantonner, de quoi air-guitariser ! Ma playlist va donc débuter avec les tubes de l’Américain TY SEGALL, une des confirmations Nuits Sonores de l’année et sans doute le meilleur songwriter lo-fi garage depuis le craquage fatal de Jay Reatard ; petite session revival shoegaze avec les deux albums de THE PAINS OF BEING PURE AT HEART, revival certes mais ces mecs là ont tellement la science du tube que ça en est presque énervant. D’ailleurs, s’ils ont quelques b-sides en rabiot pour Rivers Cuomo, je crois qu’il en manque pour le prochain Weezer ; glissades aussi vers l’album des parisiens BEATMARK (avec des membres de Adam Kesher et Yussuf Jerusalem). L’album du duo new-yorkais CULTS apparaît aussi comme le passe-temps idéal dans les bouchons, découvert en organisant un concert des Willowz avec un certain Cyrille Bonin l’an dernier, et WU-LYF, parce que ça a beau être le truc hype du moment, c’est quand-même vachement bien.

Une fois qu’on sort vénère de tous ces bouchons, il va bien falloir se défouler. Je prévois donc la dernière galette de FUCKED UP, groupe de Toronto qui sort un troisième album complètement fou, sorte d’album-concept d’opéra-punk (qu’il me faudra bien l’été pour décrypter), le dernier des BURNING HEADS, revenus à leur meilleur niveau, les EP des Montpelliérains DOT DASH d’un ex-Garlic forg diet, et l’album « Exmilitary » des rappeurs timbrés DEATH GRIPS, du Hip Hop hardcore torturé, j’avais pas entendu un flow aussi destructeur depuis bien longtemps.

Une fois au soleil, pour zouker tout en restant digne et indie, je me garde de côté « Jesus Flag American Fish » tube du groupe de San Diego CUCKOO CHAOS, quelque part entre Paul Simon, Animal Collective et Kassav’ ; à enchaîner avec « The Greeks » des Londoniens IS TROPICAL, nouvelle signature Kitsuné un poil putassière mais gentiment euphorisante ! Et un peu plus tard dans la nuit, le dernier ARNAUD REBOTINI « Someome gave me religion » fera tout à fait l’affaire, acoquiné au « Rising doom » de MONDKOPF, sombre, brutal mais euphorisant !

Enfin, pour sa la couler douce avec ma douce, nos pieds nus dans l’eau et nos cheveux enchevêtrés, un Martini Tonic au bout de la paille, on se délectera des magnifiques comptines d’ALEX WINSTON, future égérie pop qui va compter, le dernier album des New-Yorkais THE ANTLERS à la puissance émotive intacte, pour terminer avec le split entre KARAOCAKE, découvert sur scène cette année au Périscope, et LES MARQUISES, que vous découvrirez sur scène cette année… au Transbordeur !

Avec ça, je devrais survivre aux piqures de cousins, aux morsures de couleuvres à colliers, aux brûlures de méduses, aux Pastis noyés et à l’élection de Miss Camping… On choisit pas toujours son lieu de vacances, mais on choisit toujours sa bande-son de l’été… sinon ça craint !

Et hop maintenant je vous mets toutes les pochettes dans l’ordre, parce que j’aime bien mettre les pochettes dans l’ordre…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>