« QU’EST-CE QUE TU PRENDS POUR LES VACANCES ? » Épisode 2 : Le Dirlo

Ah, les vacances, je sais pas trop ce que ça veut dire mais bon, en général, ce que je prends, c’est des trucs de quadra qu’aimerait bien croire qu’il est encore méchamment dans le coup… Soit deux trois paquets de clopes (des longues, hein, sinon à quoi ça sert de fumer ?), quelques sacs plastiques avec des sapes de survie (genre tee-shirts avec des noms de groupes oldschools dessus…), les clés du Kangoo bleu, de l’eau pétillante, trois enfants et une amie très chère, mon pote Scratch (un Jack Russell qui a eu une enfance compliquée), un paquet de bonnes résolutions qu’évidemment je ne tiendrais pas, et voilà…

Ah si, comme j’aime bien me cultiver, je vais prendre trois livres : « The other Hollywood », un pavé chez Allia, soit un livre de témoignage sur l’histoire du porno américain par ceux qui l’ont fait ; « Pars, voyager est un sentiment » de François Simon, un livre de voyages étranges, et la réédition d’une BD dont je sais qu’elle va provoquer des larmes mélancoliques, « Le chant de la machine » de Mathias Cusin et David Blot, parfaite BD sur l’histoire de la techno et de la house music (c’est réducteur hein, mais c’est super…).

Et comme c’est l’été, relax, le fond de l’air est doux, le rythme se calme, rien n’a vraiment d’importance si ce n’est de trouver un peu de fraicheur, prendre le temps de l’introspection, du petit plaisir cérébral et voluptueux de la découverte, de l’écoute un peu plus attentive que d’hab’, de ces tranches de vie sous forme d’on ne sait plus quoi (fichiers, objets nomades, classiques 33 et 45 tours) qui font la musique d’aujourd’hui, mon obsession permanente…Donc histoire de faire un petit point mi 2011, voilà donc quelques trucs qui auront marqué ma drôle de tranche de vie récente, encore un peu plus cheloue qu’avant…

BRUNO PRONSATO ‘’Lovers do’’ (Thesongsays)
Le truc idéal pour l’être humain troublé par la force de l’amour : 9 titres tranquilles, rêveurs, un peu zarbis mais pas tant que ça, du post jazz teinté d’une sorte de minimalisme électronique, un vrai disque sensuel et cérébral, parfait pour la saison…

BEIRUT ‘’East harlem’’ / MIOSSEC ‘’chanson pour les amis’’
2 chansons simples, façons béquilles impecc’ pour quadra encore un peu rêveur : pop song cuivrée, brut, sobre et efficace pour Beirut, rock song très premier degré, brut, sobre et efficace pour Miossec.

SANDWELL DISTRICT ‘’feed forward’’ (Sandwell district)
De la techno anonyme, des anglais, présents dans le bin’s depuis bien longtemps, le genre de truc qui s’écoute fort, voire très fort, une fois la nuit tombée voire à l’aube, en bonne compagnie (par contre vous prenez pas la tête à essayer de discuter avec la bonne compagnie, c’est pas trop le genre de musique qui facilite le dialogue…)

OFF ! ‘’First four ep’s’’ (Vice music)
Bon, c’est vrai que j’ai tendance à ronchonner contre les jeunes groupes genre, oh, les gars, c’est pas compliqué, t’as vingt ans, t’es véner, mets donc fort et joue vite : donc, là, 1 ) le quatuor est pas tout jeune 2) chaque titre dure guère plus d’une minute 3 ) il est question de guitares, de rapidité, de puissance et de rage…du hardcore, donc, qui envoie et du coup je ronchonne plus…

DARK DARK DARK ‘’Wild go’’ (melodic records)
Au delà du fait que ce groupe a le meilleur nom du monde, cet album quasi parfait troublera impeccablement n’importe lequel d’entre nous, humain, possédant encore un fond de romantisme…

Et enfin, l’autre truc qui m’importera, c’est évidemment de québlo sur le hit de l’été : de la dance music, simple et funky, qui ferait lever les bras, tortiller le boule mais aussi se poser des questions… ok, ok, je suis pas trop ‘’vu à la télé’’ donc, ce sera sans doute un truc vaguement obscur aujourd’hui, et qui risque bien de le rester (si vous êtes un peu curieux, démerdez vous pour trouver ces titres sur le net, c’est pas trop compliqué)… tiens par exemple, le « Tyrkisk Pepper » de Black Andersen (du Jean-Michel Jarre intoxiqué par une omelette de cèpes (c’est la saison) hallucinogènes), le remix d’Etienne Jaumet du « Grace » de Discodeine (du disco toxique), l’Extended afro mix du « Forever Young » de Joakim (de la musique de danse qui rend vraiment intelligent) ou last but not least le « Transparent radiation » de Surgeon, un titre vraiment joyeux qui mettrait n’importe quel commercial en nucléaire assez mal à l’aise…

Un dernier truc que je ne manquerais pas de prendre pour les vacances, c’est l’agenda compliqué du Transbordeur (un endroit que je commence à bien connaître et que j’aime bien…) : le planning des travaux de l’été, et celui de la rentrée, où on devrait voir quelques chouettes trucs…

Voilà, merci et au revoir.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>