Interview « Bilan » : PARAL-LEL

Visiblement peu superstitieux, le duo electro lyonnais PARAL-LEL vient fêter en ce premier vendredi 13 de l’année, la sortie de son nouvel album, et propose donc un set tout beau tout neuf. L’occasion était trop belle pour l’équipe du Transbo de poser quelques questions à SLUSH, membre du groupe, responsable du label Bee records et activiste local notoire. Il s’est gentiment plié à notre redoutable questionnaire appelé « Interview Bilan » !

Vous avez démarré PARAL LEL en 2002 il y a 10 ans, quel bilan en tirez vous par rapport à vos ambitions de l’époque ?
A l’époque il n’y avait pas de plan de carrière, d’ambition ou d’idée préconçues sur ce que l’on voulait devenir 10 ans plus tard. Avec le recul, je dirais qu’avoir réussi a se professionnaliser et vivre de nos concerts pendant une période est un bel exploit et une véritable preuve de notre passion pour la musique. Aujourd’hui je suis fier de notre parcours.

Dix ans après, vous avez la possibilité de revenir en arrière, vous gardez le même nom de groupe ?
Le nom Paral-lel est un clin d’œil a Barcelone et au festival Sonar ou on a eu l’habitude d’aller trainer nuit et jour lors des premières éditions. « Paral-lel » est le terminus de la voie qui nous menait au MACBA, un peu comme un pèlerinage chaque année ! Donc si je pouvais revenir en arrière je ne changerais surtout rien et j’en profiterais pour me refaire une série de concerts impressionnant.

Vous avez aussi fondé BEE RECORDS (Cosmos 70, Noone…) juste avant, quel est votre bilan sur son évolution et être un label aujourd’hui ?
Même si être un label aujourd’hui est nettement plus difficile qu’a l’époque sous certains aspects (communication et vente), avoir réussi a construire une histoire comme BEE Records est une belle chose. Cela reste quand même frustrant car nous n’avons pas réussi a créer de l’emploi ou pérenniser nos postes. Malgré cela on peut être assez fiers de notre parcours, notre catalogue comporte aujourd’hui une trentaine de références. On espère que ça va continuer, notre objectif ce serait de pouvoir être encore là dans 10 ans, ce serait beau !

Vous n’avez sans doute pas voté pour lui mais il est au pouvoir depuis 2007, un bilan ?
Pas besoin de faire de grand discours pour prouver que tout est allé de mal en pis ! J’ai vomi le soir de son accès au pouvoir et je me prendrais ma plus belle biture pour fêter son pot de départ. Nos impôts ont augmentés, nos salaires n’ont pas bougé, les taxes ont augmenté, les pauvres payent plus la facture que les riches, la télévision est contrôlé par l’état, plus de critique possible, la retraite dans ton cul… Mais plus que le nain je critiquerais la politique en général qui aujourd’hui plus que jamais, est devenu juste un terrain ou il faut se montrer (au média) ; c’est devenu du spectacle sans réel fond, juste des paillettes pour en mettre plein les yeux. Et en prime, on n’est même plus obligé de faire des détournements d’argent public en douce puisque quand on est politique au XXIe siècle en France, on est apparemment au dessus des lois et de l’éthique, qui ne concerne que le reste de la populace. A quand des politiciens lynchés, virés ou lapidés pour leurs erreurs qui coûtent à des millions de Français chaque jour ? J’ai peur qu’il n’ait ouvert la voie de la politique people !

La scène musiques électroniques à Lyon a plutôt l’air de bien se porter en ce moment (beaucoup de soirées, de structures, le festival Nuits Sonores…), un bilan ?
A Lyon il y a toujours eu un manque de lieux adaptés mais malgré cela, il y a toujours eu pleins de collectifs très actifs. Ça montre bien a quel point la ville est attachée à la scène électronique. En guise de bilan, je trouve décevant que l’électronique n’ai pas réussi a faire un vrai Club qui puisse fédérer la nuit lyonnaise. Depuis cette année, il y a enfin un espoir de voir le Club Transbo devenir un vrai club une ou deux fois par semaine. Un lieu adapté pour moi, ça veux dire avoir suffisamment de capacité pour le public, un système son digne de ce nom et une programmation cohérente laissant la place a la scène lyonnaise : pour l’instant le Club Transbo semble remplir tous ces critères.

L’année 2011 est terminée, un bilan musical ?
Vous pouvez aller faire un tour sur le site de l’émission de radio TheGreed, que j’anime le mardi sur Sol FM, 100.7 FM de 22h à minuit, pour trouver mon best of de l’année : http://www.thegreed.fr/.
Mes Découverte : Vaethx, Tobias Lilja sur n5mD, Valance Drakes et Digi G’Alessio sur Bedroom Research.
Mes concerts de l’année: Shellac a l’épicerie moderne, Portishead aux Arènes de Nîmes, Gasslamp Killer au Nuits Sonores…

On tirera un bilan de la soirée de vendredi après bien sûr, mais ça s’annonce plutôt bien non ?
Ça c’est sûr ! Déjà avec Paral-lel on prépare un live 100% inédit avec un nouveau set up et on vendra en exclusivité notre album « Riding The Square Wave » un mois avant sa sortie mondiale ! En plus de ça, les Baby Bro qui sont au top du dubstep, Jankenpopp qui est un personnage que l’on a croisé plusieurs fois sur la route, vraiment impressionnant sur scène ! Et Last but not least comme on dit, le frère de Squarepusher, Andy Ceephax, un des meilleurs live electro que l’on ait vu depuis un moment ! Ce mec doit être un des producteurs les plus habiles de la scène électronique avec les mythiques TB303, TR909, SH101. Pour les néophytes, il ne travaille quasiment qu’avec des machines analogiques sans utiliser d’ordinateur, une exception a souligner car aujourd’hui ça arrive très rarement en électronique !

Site du groupe Paral-lel : http://www.paral-lel.org/
Site du label Bee records : http://www.beerecords.com/

Crédits Photos : Arnaud Ircane



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>