Interview « Team » : RUMBLE! FESTIVAL

Boosté par la joyeuse équipe de TOTAAL REZ, le RUMBLE! FESTIVAL fête cette année son premier anniversaire avec une seconde édition débordante d’activité. Vernissage d’expos, happenings visuels, mix sauvages, et bien sûr deux Nuits, la première au Ninkasi et la seconde au Transbordeur le samedi 17 mars. On fait le point sur l’événement bass music de référence avec un des deux Julien, activiste chez Totaal Rez !

A part le RUMBLE FESTIVAL, quelles sont les autres activités de Totaal Rez ?
Totaal Rez est association qui a pour but de promouvoir et démocratiser la Bass Music à Lyon et en France. L’activité principale est l’organisation d’événements, de soirées surtout mais aussi de concerts, on s’y met doucement !
Vient ensuite le pôle Booking qui est divisé en deux entités : Le Booking « musical » avec Five Points et Salaryman et la partie VISUAAL qui gère les booking de VJ’s comme VJ Zero, Visual Invaders et WSK. Les labels, Totaal Rez Records pour la partie Drum & Bass et Totaal Dubz pour ce qui est du Dubstep. Et enfin, Bass Music Magazine, bimestriel gratuit qui traite des actus Bass Music en France et à l’étranger.

Ça a commencé quand, comment et pourquoi cette histoire ?
L’asso Totaal Rez à été créé en 2008 suite à quelques années d’organisation de soirées dans des structures diverses, on a voulu à ce moment là diversifier nos actions et se professionnaliser. On a tous des profils assez différents mais notre point commun c’est notre passion pour la Bass ! L’idée à la base était vraiment de défendre la Bass Music à l’Anglaise, c’est à dire une musique de club, on a toujours trouvé ça bizarre qu’à Londres les soirées drainent un tas de gens de tout horizons alors qu’en France on avait une image de « punks à chien ». Et c’est super agréable de voir qu’en France les choses on vraiment évoluées, maintenant on peut en écouter un peu de partout et le public s’est vraiment diversifié.

Et qui s’occupe de ça ? Tu nous fait les présentations ?
Il y a beaucoup de monde ! Alors il y a Gaël, qui s’occupe de la production des événements et de VISUAAL, notre pôle booking dédié à la scénographie et aux installations vidéo.
Julien B est chargé de la programmation, du Booking de Five Points et de Salaryman ainsi que du label Totaal Dubz.
Julien D s’occupe de toute la partie communication (newsletter, site web, réseaux sociaux), il est également le rédacteur en chef du Bass Music Magazine et gère aussi le label Totaal Dubz.
Olivier et Cédric pour leur part se chargent du label Drum & Bass de Totaal Rez. Nous avons aussi Laurine qui est la responsable diffusion et chef billetterie ! Florent qui mijote des bons petits plats à tous les artistes et bénévoles.
Sans oublier Liza, notre chère présidente qui se charge elle des relations presses et de nos bénévoles dévoués. Karen, notre chargé d’administration.
Et pour terminer, tous nos bénévoles qui sont hyper impliqués et sans qui on ne pourrait rien faire.

Vous êtes des « spécialistes » du genre musical bass music… Pour ceux qui ne sont pas trop dans le truc, comment définiriez vous ce bazar ?
Tu as raison c’est un peu le bazar ! En fait pour faire simple on peut dire que ça regroupe tous les styles de musique où les basses fréquences sont au centre de la composition, à notre sens ça part du Reggae puis la forte immigration Jamaïcaine en Angleterre mêlée à l’apparition des musiques électroniques à créé la Jungle puis la Drum & Bass, puis le Breakbeat, le Dubstep… Tous ça n’est qu’une histoire de mélanges, de métissages en fin de compte et aujourd’hui encore la scène évolue en se rapprochant de la Techno, de l’IDM, etc.

Comment vois tu l’avenir de la bass music ?
C’est assez drôle parce que depuis que je suis le mouvement Bass Music, il y a eu plein de période où tout le monde disait que ça ne serait qu’une mode et que ça ne durerait pas. Résultat des comptes, la scène n’a jamais été aussi grosse et les artistes Bass Music sont programmés sur tous les plus gros festivals ! Je pense que le popularisation du Dubstep ces dernières années a apporté un souffle nouveau à ce mouvement et a été bénéfique à tous les autres styles. Ce que je trouve le plus intéressant en ce moment c’est que toutes les barrières entre les styles tombent et que les artistes ne restent plus bornés à un style en particulier, la Bass Music nous réserve encore pas mal de surprises !

Et l’asso, comment tu vois son évolution dans les cinq ans qui viennent ?
C’est difficile de s’imaginer dans cinq ans ! Ce qu’on veut par dessus tout, c’est de continuer à proposer des programmations de qualité, d’avoir un public qui nous suit et de pouvoir l’emmener vers des artistes plus pointus, c’est très difficile de gagner la confiance d’un public et ça se travaille sur du long terme donc oui vraiment on essai de tendre vers ça.

Histoire d’en revenir un peu à RUMBLE, c’est quoi le propos et l’idée d’un tel festival ?
L’idée de fond est vraiment de pouvoir représenter de la manière la plus large possible notre vision de la Bass Music, on le fait déjà à l’année mais on est quand même beaucoup moins libre de proposer de la découverte au public. On a vraiment envie de confronter notre public à des nouveautés, des artistes qu’ils ne seraient pas allés voir d’eux même ou des piliers du mouvement que les jeunes ne connaissent pas forcement.

Qu’est ce que tu conseilles de ne pas rater sur la nuit au Transbo ?
NOISIA bien sûr ! C’est vraiment des légendes et je crois que leur live ne laissera personne indemne. Et BODDIKA, qui fait partie des petits cadeaux qu’on s’est fait sur le festival et qui illustre parfaitement les mélanges qui se font aujourd’hui dans la Bass Music.

Sur le web :
SITE DE TOTAAL REZ
SITE DU RUMBLE FESTIVAL



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>