Interview croisée : EROTIC MARKET Vs. THE MELTING SNOW QUARTET

Vendredi soir dans le cadre du FESTIVAL JUST ROCK? on pourra voir ou revoir NAIVE NEW BEATERS et les excellents HYPHEN HYPHEN, découverts cet été au Club Transbo Outdoor lors des Summer Sessions ! Mais il y aura aussi deux groupes régionaux dont on parle beaucoup en ce moment : les Grenoblois THE MELTING SNOW QUARTET et les Lyonnais EROTIC MARKET, qui étaient en résidence au Transbo le mois dernier. L’occasion était trop belle d’organiser une petite interview croisée avec les intéressés. Just Rock ? Pas sûr…

Vous jouez vendredi soir au Transbo dans le cadre du Festival Just Rock?. Alors EROTIC MARKET et THE MELTING SNOW QUARTET c’est juste du rock ?
Marine (Erotic Market, chant, clavier, petits instruments) : Je sais pas. Depuis un mois, on nous demande ce que c’est, j’ai pas encore trouvé. A la base on voulait que ce soit un mélange entre du r’n'b et du rock. mais bon on s’en fout au final…
Yvain (The Melting Snow Quartet, chant, guitare, clavier) : Nous sommes organisés comme un groupe de rock au niveau des instruments, mais nous sommes ouverts à des influences beaucoup plus larges, et je pense que cela se reflète dans notre musique.
Florian (The Melting Snow Quartet, guitare, clavier, chœurs) : Le musette c’est chouette aussi…

Comment le groupe s’est-t-il créé ? Vous avez déjà tous joué dans de nombreuses formations…
Manu (The Melting Snow Quartet, basse, clavier, chœurs) : On a joué dans des formations différentes depuis le lycée, étant donné qu’on est avant tout des amis d’enfance, et puis en jouant ensemble pour le fun d’abord, on s’est dit qu’il y avait du potentiel pour rentrer dans une démarche de professionnalisation.
Marine (EM) : Avec lucas on avait envie de faire cette musique. An a arrêté N’RELAX dans lequel on jouait tous les 2 et on a direct commencé Erotic Market.
Lucas (Erotic Market, machines, claviers, choeurs) : Oui c’est aussi simple que cela: les maquettes de Marine, des envies communes, des idées de son. On a pas mal échangé à propos des maquettes. Puis on s’est posé devant l’ordi, et çà a pris rapidement. Ensuite on a pensé le truc pour la scène, là aussi avec des idées assez précises de son, d’instrumentation, de jeu, et après quelques essais on a recruté deux perles rares: Sylvain (Girbes) et Julien (Jussey), respectivement à la batterie et à la basse (et tous deux aux choeurs).

Vous venez de sortir des disques, un single pour EM et un album pour TMSQ. Comment vous composez et comment s’est passé l’enregistrement ?
Marine (EM) : « Rumblin » a été composé en aout 2011 sur garage band. J’ai pris un bout de batterie de Nico (ancien batteur de N’relax et actuel de Golden Zip), je l’ai saturé et j’ai chanté dessus. Ensuite avec Lucas on a brodé la dessus sans retoucher ni le chant, ni la batterie. Quand il a été question de le sortir en tant que single il a fallu gonfler quelques sources et là je laisse la parole à Lucas parce que moi ça mettrait des années à vous expliquer et c’est même pas sur qu’au final vous compreniez…
Lucas (EM) : On enregistre en même temps qu’on compose. L’idée c’est vraiment de capter un truc brut et direct et de le préserver au maximum. Mais après coup, il y a toujours un ou deux sons qui sont vraiment trop crados, ou qu’on voudrait faire sonner différemment ou plus « gros », alors on les réenregistre et on mélange propre et sale.
Yvain (TMSQ) : On a enregistré à l’automne dernier au Studio Control à Grenoble avec Seb Riou qui nous a permis de le faire masteriser par Howie Weinberg qui a travaillé sur des grands albums comme Grace de Jeff Buckley, Nevermind de Nirvana et Mellon Collie des Smashing Pumpkins. On a autoproduit le disque, et une fois l’album terminé on a trouvé une distribution nationale avec MVS Anticraft.
Manu (TMSQ) : Cela dit, on a encore peu de recul, c’est tout frais

A l’heure du numérique, quelles sont les attentes de groupes comme les vôtres sur une sortie de disque ?
Manu (TMSQ) : C’est compliqué d’avoir des attentes précises sur la sortie d’un disque indépendant et d’un projet récent, compte tenu des difficultés de l’industrie du disque. Cela dit, on a fait l’effort de se démarquer en accompagnant notre album d’une jolie pochette et d’un artwork plus poussé qu’un simple boitier plastique, ça nous fait plaisir de se dire que les gens qui achètent l’album profiteront en plus d’un bel objet.
Marine (EM) : Personnellement je n’ai plus aucune attente niveau vente physique ou numérique. La seule chose qui me semblait importante c’était de ne pas donner notre musique. La gratuité ça va bien 5 minutes mais ton plombier quand il vient te réparer tes chiottes il te dis pas « nan mais nan c’est pour moi, ça me fait plaisir ». Je sais bien que je vais pas gagner ma vie avec la vente mais si je donne mon travail, pour moi y’a un truc qui coince. 
Lucas (EM) : On est pas trop dans le trip « album ». Personnellement, le concept d’album j’adore ça, vraiment. Je crois que c’est mon hobbie préféré d’écouter des albums en entier! Mais sincèrement, dans le contexte actuel, sortir un album ça sert à quoi à part se faire mousser, satisfaire un distributeur ou décrocher de la presse, et, au passage se ruiner? Ok, se faire plaisir. Un bon point. Mais le public dans tout ça, est-ce qu’il va l’écouter en entier ton album? Bah j’ai bien peur que globalement non. En tant qu’auditeur, je crois qu’ on passe très vite à autre chose aujourd’hui. On a accès à tellement de trucs monstrueux, ça se comprend! Faut rester humble ! Et trouver un format plus court qui s’intègre mieux au quotidien. Reste la scène. Tout passe par là aujourd’hui. Y compris le disque.

Vous connaissez Erotic Market qui joue avec vous vendredi ? Vous en pensez quoi ?
Ulysse (TMSQ) : Non. Mais on est ravi de rencontrer des nouveaux gens.
Yvain (TMSQ) : C’est toujours intéressant de découvrir un groupe sur scène et on a hâte de voir ce que ça donne !
Florian (TMSQ) : Leur nom est plus que tentant, on verra si ça peut aller plus loin !

Vous connaissez The Melting Snow Quartet qui joue avec vous vendredi ? Vous en pensez quoi ?
Marine (EM) : Je suis désolée je connais pas…attends je vais écouter du coup, j’arrive… OK, alors je suis allé sur le bandcamp. « Constance is pale » est chouette. Joli son de rhodes. L’autre me plait moins… elle est trop légère pour moi. Mais j’attends de voir sur scène parce que c’est là que la musique existe réellement. Le studio c’est une blague.
Lucas (EM) : je connaissais pas non plus. Ils font du rock eux, c’est sûr. J’entends l’influence rock alternatif américain à laquelle il font référence dans leur petite vidéo de présentation. Le rhodes amène de l’originalité.   »The only one to blame », un petit coté G.Love ? On sent qu’il y a de la place pour le feeling et l’interprétation. C’est bon signe pour la scène!

On peut dire qu’il y a eu un petit « buzz » EROTIC MARKET localement avant d’avoir sorti le moindre truc c’est pas flippant ?
Marine (EM) : Alors c’est bizarre et cool à la fois… Les gens avec qui on bosse (Echo orange / Grolektif / Jarring effects) ont vraiment bien taffé. La mayo a pris… après ça pourrait être vraiment flippant si on assurait pas sur scène et qu’on avait plus de cartouches. Mais le fait est qu’en live ça le fait et que les titres à venir sont, pour moi, au dessus de « Rumblin’ ». Du coup ça va, merci :)

Quand Les Inrocks font références à Radiohead et Cat Power en parlant de THE MELTING SNOW QUARTET, ça vous fait pas un peu flipper ?
Ulysse (TMSQ) : Non. On assume ces artistes comme des influences, on les revendique nous-même quand on nous demande des références.
Yvain (TMSQ) : On n’a pas non plus la prétention de jouer dans la même ligue qu’eux.

Vous avez le choix de partir en tournée avec UN groupe, un seul, là maintenant tout de suite, vous choisissez qui ?
Marine (EM) :  MGMT
Lucas (EM) : Ah bon Marine ? Pas Beyoncé plutôt ?
Marine (EM) : Ah ouais ! Mais non ! Je serais tétaniser, laisse tomber !
Ulysse (TMSQ) : Led Zeppelin, époque John Bonham.
Florian (TMSQ) : les Black Lips, ils ont l’air de savoir s’amuser
Manu (TMSQ) : Radiohead, pour essayer de comprendre certains trucs…
Ulysse (TMSQ) : Et The Mars Volta aussi, pour les mêmes raisons.
Yvain (TMSQ) : C’est vraiment dur. Aller, Fugazi.

Quels sont vos projets à venir, à part jouer au Transbo vendredi ?
Ulysse (TMSQ) : Devenir le meilleur groupe de tous les temps.
Yvain (TMSQ) : On va continuer à tourner le plus possible en France et à l’étranger pour soutenir encore notre premier album, et on commence doucement à poser les bases pour le deuxième…
Marine (EM) : On va tourner le plus possible (la prochaine c’est le 8 novembre pour le riddim) et préparer une nouvelle sortie, genre single et peut être un EP au printemps. C’est encore flou. On verra..

En concert vendredi au Transbo dans le cadre de JUST ROCK?

Infos : Facebook Erotic Market / Site officiel The Melting Snow Quartet



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>