Interview « Summer » : DECIBELLES

>>>

DECIBELLES 2013Bon, ne nous mentons pas, les DECIBELLES, ce trio de jeunes lyonnaises font clairement partie des chouchous d’une partie de l’équipe Transbo. Elles seront donc en charge d’ouvrir pour GRAMME sur le concert de jeudi, dans le cadre des SUMMER SESSIONS. Fort d’un mortel 45 tours sorti il y a quelques années sur April 77, d’une série de concerts et de clips excitants, espérons qu’elles tireront leur épingle du jeu, à la hauteur de la classe bordélique et supafresh qu’elles nous proposent déjà… Un peu plus sur elles dans cette gentille interview, histoire de lier un peu plus connaissance.

Transbo : Bon, un trio de jeunes nanas, qui font du rock’n'roll qui envoie, ça va, vous vous sentez pas trop isolée ?
Decibelles : Non ça va, il y a six ans, peut être un peu plus mais à l’époque on était jeunes et un peu insolentes donc on aimait çà. Mais maintenant de moins en moins, il y a vachement plus de meufs dans la musique et c’est un bonne chose mais en même temps on a plus l’exclusivité, haha !

Transbo : Donc racontez un peu votre histoire : les débuts, pourquoi, comment et bon sang, ils ont rien dit vos papas et vos mamans ?
Decibelles : Haaa alors les débuts, c’est Sab et Fanny avec deux autres filles qui ont commencé un groupe au collège de rock qui tirait un peu plus vers, disons le, le ska, parce qu’à l’époque il y avait une saxophoniste, haha !
Ensuite elles ont splittées parce qu’elles prenaient des directions franchement opposées au niveau de la musique. Du coup on a continué à deux pendant environ un an, on joué avec des mini disques, c’était franchement n’importe quoi, et puis en distribuant des annonces pour trouver une bassiste à Grenoble, on a trouvé Emilie qui n’avait jamais fait de basse mais qui en avait une dans son grenier. C’était en 2006. Le courant est passé et banco, on a gardé cette formation jusqu’à maintenant !! Nos parents étaient plutôt super cools par rapport à ça, ils nous ont toujours encouragé, offert des instruments pour Noël, aménagé la cave pour les répètes… Après aussi c’est sûrement parce qu’on faisait le taf à l’école !! Mais il faut quand même noter que les parents d’Emilie n’ont toujours pas vu le clip Bloody Bloody Whiffy Scuzzy !

Transbo : Vous m’avez envoyé il y a quelques semaines 6 nouveaux titres, ça doit sortir façon album ?
Decibelles : Alors il y en a trois qui sont sortis sur un 45 tours split vinyle avec nos potes EinzWeiDreiVier : « Tiny Little Fox », « Il Pleut des Noix de Coco », et « Ohio ». Ca sort sur le label HVIV. D’ailleurs, et on y tient, HVIV, c’est super DIY, on fait des trucs tous ensemble. On aime bien travailler avec les garçons d’1234, et le split vinyle c’est la suite logique de la tournée qu’on a fait en 2009 où on s’est bien entendus, et où on montait sur scène pour les morceaux des autres… (voir le bandcamp)
Ensuite il y a eu Clouds, la ballade au synthé qui est sortie en digitale, avec quatre remixes
Il en reste donc deux, un que l’on sortira à la rentrée avec un putain de clip qu’on doit tourner cet été, et la dernière on la garde au chaud…On a prévu de ré-enregistrer l’an prochain…

Transbo : Vous aviez fait aussi un mortel clip sur votre « hit » Bill Murray. Ça a pas buzzé ça ?
Decibelles : Un peu que ca a buzzé ouais ! En tout cas beaucoup plus que le dernier en stop motion qu’on vient de sortir. C’est sûrement déjà parce que Bill Murray avait l’âme d’un tube, et aussi parce que le clip était assez pop, super coloré et pas extrêmement original. Simple et efficace quoi !

Transbo : En gros, vous êtes jeunes, fraiches, et efficaces… pourquoi en 2013 faire un groupe de rock plutôt qu’un live electro ?
Decibelles : Déjà parce qu’on vient absolument pas de ce milieu. Nous on a commencé à l’école de musique, ce qui nous intéresse c’est de jouer un instrument, et de partager un truc toutes les trois déjà, de répéter ensemble, d’aller en studio ensemble , de s’embrouiller, de rigoler. Ensuite dans le live quand t’as un groupe il y a une dimension physique qui nous plait. Ça transpire, ça bouge, t’es en permanence en train de te donner à 100%, tu peux faire un pain à chaque seconde, c’est le risque et c’est ça qui est cool parce qu’en même temps tu fais jamais le même live !
C’est sûr que ça doit aussi être intéressant de faire de la musique électronique, déjà parce que t’élimine toutes les contraintes, mais en live ça devient vite ennuyeux, surtout si t’es pas sous substances. Après ce qui est bien c’est les groupes qui mêlent les deux. La dernière fois on a vu un live de L’Age d’Or, sur disque c’est clairement électro mais en live il y a une guitare et une batterie, et là ça devient vraiment chouette. En tout cas nous on reste droites dans nos baskets, et même si des fois on met le casque pour faire des Djs sets, c’est toujours sous la forme d’une grosse blague !

DCBLS_brutal-web

Transbo : Sinon, quand vous étiez disons encore plus jeune qu’aujourd’hui, vous écoutiez quoi comme musique et c’est quoi vos influences ?
Decibelles : Alors pour faire simple les années collèges on était à fond dans le punk rock, genre on a vu Blink 182 à Bercy pour leur dernier concert en 2004 !!! Ensuite au lycée on a commencé à écouter Yeah Yeah Yeahs, Le Tigre, Pavement, Dandy Warhols, Strokes et on a aussi eu une grosse période hardcore avec Comeback Kid, Raised Fist, ce genre… Et maintenant on écoute franchement de tout. Bon c’est pas super original de dire ça alors on va citer des groupes qui ont une influence directe sur Decibelles : Cloud Nothings, Metz, YYYs, La Dispute, Health, Jesus Lizard, mais aussi des groupes français dans la veine de RIEN, et des trucs un peu plus noise et expérimentaux comme Electric Electric.

Transbo : Et les ambitions ? C’est pour le fun ou c’est sérieux votre histoire ?
Decibelles : Un peu des deux ! C’est pour le fun mais ça n’empêche pas que ce soit sérieux. Concrètement nous avons trouvé un booker : Bemine Booking, les mecs de Peter Kernel, et on a pas mal de dates prévues à la rentrée. Peu importe ce qui se passe, nous on continue d’avancer, on va enregistrer l’an prochain et on veut tourner au maximum ! La seule condition, c’est que les compteurs soient à zéro. On ne gagne pas grand chose, certes, mais on dépense pas plus ! Et puis on continue nos études aussi sérieusement.

DECIBELLES Live

Transbo : Donc, jeudi, vous serez pour la première fois sur une scène du Transbordeur…A quoi doit on s’attendre ?
Decibelles : Jeudi, on va tout déchirer !!!!! On joue tous nos nouveaux morceaux, donc c’est un peu l’exclu ! Aussi, le synthé de Sabrina pine toujours en concert, et rien que pour nous voir galérer pour trouver comment on s’en sort ca vaut le détour !
Ah oui, on aura aussi des tote bags avec vinyles et tout et tout…

Transbo : Sinon, vous aimez quoi dans la vie ?
Fanny : Simon <3, les petits toutous, et un peu plus sérieusement la philosophie et la psychanalyse, que j'étudie.
Emiche : Marcus mon gros chat !! Cloclo d'amour ! J'aime aller voir des expos, l'art contemporain (j'étudie l'histoire de l'art), mes amis.
Sab : Les films d'animations, j'en regarde beaucoup dans le cadre des mes études de musique à l'image, puis tout les trucs cool genre mes copines, dormir, rigoler !
Decibelles : Sinon ce qu'on a en commun c'est qu'on aime la bonne bouffe, et donc la cuisine ! (Et le St Joseph!!) Ça nous arrive très souvent de cuisiner toute l'aprème pour le soir !

DECIBELLES 2013 - 1



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>